Histoire de la photographie de paysage urbain en Italie 1839-1914 - eBook in pdf

Réalité et imaginaire
Prezzo speciale 13,26 €
SCONTO 15%
15%
Anzichè 15,60 €
Disponibile

Autori Giovanni Fanelli, Barbara Mazza

Pagine 326
Data pubblicazione Gennaio 2023
Data ristampa
ISBN 8891656186
ean 9788891656186
Tipo Ebook
Sottotitolo Réalité et imaginaire
Collana Politecnica
Editore Maggioli Editore

Autori Giovanni Fanelli, Barbara Mazza

Pagine 326
Data pubblicazione Gennaio 2023
Data ristampa
ISBN 8891656186
ean 9788891656186
Tipo Ebook
Sottotitolo Réalité et imaginaire
Collana Politecnica
Editore Maggioli Editore

La relation entre la photographie, l’architecture et les vues de l’espace urbain remonte à l’invention de la photographie elle-même.

La première image « photographique » de l’histoire, datable 1826 ou 1827, est celle de la vue d’une fenêtre de la cour de la maison familiale de Niepce, les premiers daguerréotypes de Daguerre et les premiers calotypes de Talbot sont des vues urbaines.

Au cours de la période étudiée, cette relation se développe et s'articule grâce aux capacités d'interprétation des photographes - pionniers, professionnels, amateurs - mais aussi en interagissant avec l'évolution du goût et de l'imaginaire collectif.

Poursuivant une interaction étroite entre les textes et les images, entre reconstruction historique et lecture critique des œuvres, les auteurs étudient l'histoire de ces relations.

Il s'agit non seulement d’un ouvrage de référence, mais également d'un guide sur la façon de voir la photographie.

Les images de Nièpce, de Daguerre, de Talbot, ont une énorme valeur iconique non seulement et non pas tant parce qu’elles sont les « premières photographies », mais parce qu’elles résument, mieux que l’océan de photographies qui suivra, la spécificité révolutionnaire de l’image photographique.

En effet, ils démontrent la fidélité sans précédent de l’image à la réalité et en même temps son impossibilité de fidélité totale car une partie de la réalité est altérée.

Les ambiguïtés - la multiplication des ombres apportées par Nièpce - et les absences - la foule sur les boulevards -soustraient à ces images des degrés de fidélité à la réalité et leur confèrent en même temps une aura.

Au moment même où la réalité est fidèlement reproduite, le fait que la vérité soit partielle et qu’elle soit un instant immobilisé constitue une trahison, ou plutôt une transfiguration de la réalité.

Cela a été compris – consciemment ou inconsciemment - par les premiers photographes qui étaient très souvent des peintres-photographes.

Et à juste titre, la photographie doit être considérée comme un art car l’essence de l’art est la transfiguration, la sublimation, l’illusion de rendre absolue la réalité.

Ce qui, en outre, fait de la photographie un extraordinaire aliment de l’imaginaire collectif, c’est le fait qu’elle ne se contente pas de reproduire la réalité des formes, mais qu’elle produit une forme de réalité autre, seconde.

Giovanni Fanelli
est né à Florence. Ancien professeur d'histoire de l'architecture à l'université de Florence, est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire urbaine, l'histoire de l'architecture, de l’art graphique et de la photographie. Dans cette dernière discipline, ses travaux comprennent : Lucca, spazio e tempo dall'Ottocento a oggi, Lucca 1973 (avec G. Bedini) ; Anton Hautmann. Firenze in stereoscopia, Florence 1999 ; L'anima dei luoghi. La Toscana nella fotografia stereoscopica, Florence 2001 ; L'immagine di Pisa nell'opera di Enrico Van Lint pioniere della fotografia, Florence 2004 ; Toscana scomparsa. Attraverso la fotografia dell'Ottocento e del Novecento, Florence 2005 ; L'Italia virata all'oro. Attraverso le fotografie di Giorgio Sommer, Florence 2007 ; Storia della fotografia di architettura, Rome-Bari 2009 (éd. revue et augmentée en français, Lausanne 2016) ; Robert Rive, Florence 2010 (avec coll. de B. Mazza) ; La France près du coeur. Photographies en carte-de-visite 1854-1900, La Crèche 2010 ; Alphonse Bernoud, Florence 2012 (avec B. Mazza) ; Paris animé, Paris instantané. Photographies stéréoscopiques 1850-1900, Lille-Rennes 2014 (avec B. Mazza) ; Rome, Portrait of a City, Cologne 2018 ; Il 'Bel Paese' alla lente d'ingrandimento. Fotografie dell'Otttocento, Florence 2019 (avec B. Mazza).  Ancien directeur scientifique de la Fondazione Ragghianti. Il est co-directeur de la série "Gli architetti" et du "Guide all'architettura moderna" aux éditions Laterza. En 2007 il a créé le site web www.historyphotography.org.
Barbara Mazza
est née à Bolzano. Elle est architecte et docteur en histoire de l'architecture et de l'urbanisme. Elle a notamment publié : « Una presenza ignorata : Enrico Van Lint fotografo a Lucca », Quasar, n. 17, janvier-juin 1997 ; « Lucca, storia della fotografia e storia della città », Quasar, n. 19, 1998 ; « Luigi Carrara fotografo 'fin-de-siècle' a Lucca », AFT, n. 29, 1999 ; La casa colonica in Toscana. Le fotografie di Pier Niccolò Berardi alla Triennale del 1936, Florence 1999 (avec G. Fanelli) ; Le Corbusier e la fotografia. La vérité blanche, Florence 2002 ; Lucca, iconographie photographique de la ville, Lucca 2003 (avec G. Fanelli) ; « Ferrier père et fils, Ch. Soulier, le campagne fotografiche in Italia », Storia dell'Urbanistica/ Toscana, n. XII, 2007 ; Italie : dans le miroir de la photographie au XIXe siècle : Le Grand Tour, Paris 2013 (avec G. Fanelli) ; Daguerréotype et calotype. La restauration de Notre Dame de Paris, Florence 2019. Elle a été co-commissaire de plusieurs expositions et de leurs catalogues. Elle est chargée de cours à l'Université de Cergy Paris.

La relation entre la photographie, l’architecture et les vues de l’espace urbain remonte à l’invention de la photographie elle-même.

La première image « photographique » de l’histoire, datable 1826 ou 1827, est celle de la vue d’une fenêtre de la cour de la maison familiale de Niepce, les premiers daguerréotypes de Daguerre et les premiers calotypes de Talbot sont des vues urbaines.

Au cours de la période étudiée, cette relation se développe et s'articule grâce aux capacités d'interprétation des photographes - pionniers, professionnels, amateurs - mais aussi en interagissant avec l'évolution du goût et de l'imaginaire collectif.

Poursuivant une interaction étroite entre les textes et les images, entre reconstruction historique et lecture critique des œuvres, les auteurs étudient l'histoire de ces relations.

Il s'agit non seulement d’un ouvrage de référence, mais également d'un guide sur la façon de voir la photographie.

Les images de Nièpce, de Daguerre, de Talbot, ont une énorme valeur iconique non seulement et non pas tant parce qu’elles sont les « premières photographies », mais parce qu’elles résument, mieux que l’océan de photographies qui suivra, la spécificité révolutionnaire de l’image photographique.

En effet, ils démontrent la fidélité sans précédent de l’image à la réalité et en même temps son impossibilité de fidélité totale car une partie de la réalité est altérée.

Les ambiguïtés - la multiplication des ombres apportées par Nièpce - et les absences - la foule sur les boulevards -soustraient à ces images des degrés de fidélité à la réalité et leur confèrent en même temps une aura.

Au moment même où la réalité est fidèlement reproduite, le fait que la vérité soit partielle et qu’elle soit un instant immobilisé constitue une trahison, ou plutôt une transfiguration de la réalité.

Cela a été compris – consciemment ou inconsciemment - par les premiers photographes qui étaient très souvent des peintres-photographes.

Et à juste titre, la photographie doit être considérée comme un art car l’essence de l’art est la transfiguration, la sublimation, l’illusion de rendre absolue la réalité.

Ce qui, en outre, fait de la photographie un extraordinaire aliment de l’imaginaire collectif, c’est le fait qu’elle ne se contente pas de reproduire la réalité des formes, mais qu’elle produit une forme de réalité autre, seconde.

Giovanni Fanelli
est né à Florence. Ancien professeur d'histoire de l'architecture à l'université de Florence, est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire urbaine, l'histoire de l'architecture, de l’art graphique et de la photographie. Dans cette dernière discipline, ses travaux comprennent : Lucca, spazio e tempo dall'Ottocento a oggi, Lucca 1973 (avec G. Bedini) ; Anton Hautmann. Firenze in stereoscopia, Florence 1999 ; L'anima dei luoghi. La Toscana nella fotografia stereoscopica, Florence 2001 ; L'immagine di Pisa nell'opera di Enrico Van Lint pioniere della fotografia, Florence 2004 ; Toscana scomparsa. Attraverso la fotografia dell'Ottocento e del Novecento, Florence 2005 ; L'Italia virata all'oro. Attraverso le fotografie di Giorgio Sommer, Florence 2007 ; Storia della fotografia di architettura, Rome-Bari 2009 (éd. revue et augmentée en français, Lausanne 2016) ; Robert Rive, Florence 2010 (avec coll. de B. Mazza) ; La France près du coeur. Photographies en carte-de-visite 1854-1900, La Crèche 2010 ; Alphonse Bernoud, Florence 2012 (avec B. Mazza) ; Paris animé, Paris instantané. Photographies stéréoscopiques 1850-1900, Lille-Rennes 2014 (avec B. Mazza) ; Rome, Portrait of a City, Cologne 2018 ; Il 'Bel Paese' alla lente d'ingrandimento. Fotografie dell'Otttocento, Florence 2019 (avec B. Mazza).  Ancien directeur scientifique de la Fondazione Ragghianti. Il est co-directeur de la série "Gli architetti" et du "Guide all'architettura moderna" aux éditions Laterza. En 2007 il a créé le site web www.historyphotography.org.
Barbara Mazza
est née à Bolzano. Elle est architecte et docteur en histoire de l'architecture et de l'urbanisme. Elle a notamment publié : « Una presenza ignorata : Enrico Van Lint fotografo a Lucca », Quasar, n. 17, janvier-juin 1997 ; « Lucca, storia della fotografia e storia della città », Quasar, n. 19, 1998 ; « Luigi Carrara fotografo 'fin-de-siècle' a Lucca », AFT, n. 29, 1999 ; La casa colonica in Toscana. Le fotografie di Pier Niccolò Berardi alla Triennale del 1936, Florence 1999 (avec G. Fanelli) ; Le Corbusier e la fotografia. La vérité blanche, Florence 2002 ; Lucca, iconographie photographique de la ville, Lucca 2003 (avec G. Fanelli) ; « Ferrier père et fils, Ch. Soulier, le campagne fotografiche in Italia », Storia dell'Urbanistica/ Toscana, n. XII, 2007 ; Italie : dans le miroir de la photographie au XIXe siècle : Le Grand Tour, Paris 2013 (avec G. Fanelli) ; Daguerréotype et calotype. La restauration de Notre Dame de Paris, Florence 2019. Elle a été co-commissaire de plusieurs expositions et de leurs catalogues. Elle est chargée de cours à l'Université de Cergy Paris.

Avant-propos 1

Introduction 2

IMAGINAIRE COLLECTIF ET VUES PHOTOGRAPHIQUES URBAINES 1839-1914

Photographie et Grand Tour

La conception formelle de la photographie objet-document de la mémoire et sa perception par l’observateur

Réalité, mythe et image de l’Italie et des italiens dans la photographie du XIXe siècle

Recueil de vues urbaines d’après daguerréotype

Ellis grand pionnier du védutisme des villes italiennes

Girault de Prangey

Ruskin

Le calotype, séries de vues italiennes : Sacchi, Piot

Calotypistes anglais et français en voyage en Italie

Calotypistes résidant en Italie

Établissements photographiques commerciaux

La révolution stéréoscopique

Photographes amateurs de la fin du siècle

La vue urbaine photographique comme illustration pour les livres et les périodiques

La vue photographique coloriée ou en couleurs

Pictorialisme photographique et vues urbaines

La carte postale photographique

I. ROME

Vues daguerréotypiques

Le calotype

L’âge du collodion

Les photographes de la « Nouvelle Rome »

Photographes amateurs de la fin du siècle

illustrations

II. NAPLES

Vues au daguerréotype et au calotype

L’âge du collodion

Photographes amateurs de la fin du siècle

La carte postale photographique

illustrations

III. FLORENCE

Vues panoramiques

Piazza del Duomo

Piazza della Signoria

Via Tornabuoni: Palazzo Strozzi

Les calotypistes

Leopoldo Alinari

Les vues stéréoscopiques

Établissements photographiques commerciaux

Une fois devenue Capitale

Photographes amateurs et pictorialistes de la fin du siècle

La carte postale photographique

illustrations

IV. VENISE

L’individualité de Venise et la photographie

Venise en daguerréotype

Calotypistes : voyageurs amateurs et résidents

Établissements photographiques commerciaux

Photographes amateurs de la fin du siècle

La carte postale photographique

illustrations

bibliographie

 

Scrivi la tua recensione
Stai recensendo:Histoire de la photographie de paysage urbain en Italie 1839-1914 - eBook in pdf